S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 ARRETER LA FUITE EN AVANT

« Kiosque » - Mars 2016

Note : 4.4/5 (21 notes)

 


 

le projet fou de "grande médiathèque" au Rouachier: il y en a pour près de 20 millions !


Grasse compte 52 000 habitants.
Tous ceux qui aiment notre ville, Grassois de naissance ou d’adoption, sont catastrophés par son état.

Il ne s’agit pas seulement du Centre historique mais de l’ensemble des quartiers.

Ancienne capitale de la Provence Orientale au patrimoine urbanistique et culturel rare, Grasse est en passe de devenir une ville dortoir, l’arrière cour de la Côte.

Les Grassois, notamment les jeunes,  ne croient plus en leur ville.
C’est une réalité pénible qu’il vaudrait mieux avoir le courage d’affronter en unissant toutes les bonnes volontés et en s’écoutant plutôt que de s’illusionner à coup  d’opérations de « com ».

Il serait injuste d’imputer toute la responsabilité de cette situation à la municipalité en place.

En deux ans, on ne peut pas redresser 20 années d’incurie et de réalisations ruineuses.
Par contre, on peut changer de cap.
Ce qui implique d’arrêter les projets inadaptés et de mobiliser tous les moyens pour répondre aux besoins de la population.

Ce n’est pas le choix de M. Viaud.

Résultat, on s’enfonce dans une fuite en avant que l’on masque à coup d’annonces.

Pourtant, il suffit de marcher dans Grasse pour constater qu’il y a les discours et la réalité.

Où en sont les travaux de réfection de la Cathédrale joyau patrimonial et  site le plus visité de la ville ?
En juin 2012, le conseil municipal a voté 4,1 millions d’€ de travaux sur 10 ans. Rien n’a été  fait.
La façade de l’Hôtel de Ville, ancien Palais des Evêques, est dans un état honteux, tout comme le jardin donnant sur la Cour d’honneur caché par une palissade de bois peint.
Or, la municipalité ne prévoit rien jusqu’en 2020 !
Idem pour le Musée d’Art et d’Histoire de Provence qui se délabre dramatiquement.
Quelle image donnons-nous de notre ville ?

Par contre, la municipalité s’entête à poursuivre  des projets illusoires tels que la « Grande Médiathèque » et  la ZAC Martelly qui, ajoutés à un endettement record, mobilisent tous les moyens financiers et font, par exemple, qu’il n’y a aucune provision de prévue pour les travaux dans les 23 écoles jusqu’en 2019 !

Pas un centime pour entretenir les écoles fréquentées par des milliers d’enfants, mais des millions destinés à  la Médiathèque et la ZAC Martelly.
Notre priorité est différente : ce sont les Grassois et Grasse.

Paul Euzière, Nora Addad, Ludovic Brossy, Frédérique Cattaert, Magali Conesa, Damien Voarino
Groupe « Grasse à Tous-Ensemble et Autrement »