S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 PLAN LOCAL D’URBANISME : LE PARADIS DES PROMOTEURS ET L’ENFER DES GRASSOIS

Kiosque-juillet-août 2018

Note : 5/5 (6 notes)




Nous avons alerté dès le mois de juin sur les dangers que comporte le nouveau Plan Local d’Urbanisme qui devrait être soumis au vote du Conseil municipal de Grasse en septembre.

Nous avons montré les incohérences du document présenté à l’Enquête Publique en matière de prévision de constructions envisagées et d’augmentation de la population.

Nous avons aussi pointé l’absence de tout d’équipement collectif nouveau répondant à l’accroissement de population. 

En 2014, Grasse consacrait 236 € par habitant pour s’équiper, contre 335 € pour les villes de même importance.
En 2016 (derniers chiffres publiés), Grasse ne consacrait plus que 155 €/h contre 292 € pour les villes de même strate.

La municipalité de M. Viaud met de moins en moins d’argent dans les équipements publics (à peu près la moitié de ce qu’y mettent les villes de même taille).

Grasse est donc, de plus en plus, sous-équipée.

→ plus

 PLAN LOCAL D’URBANISME : QUEL FUTUR POUR GRASSE ET LES GRASSOIS ?

Kiosque-juin 2018

Note : 4.4/5 (9 notes)




Grasse a une histoire ancienne et originale.

Elle n’est pas une ville de la Côte d’Azur, mais la capitale de la Provence Orientale.

Sa prospérité n’a jamais reposé sur le tourisme qui ne peut y être qu’une activité complémentaire.

Son rayonnement, Grasse le doit à son industrie, à ses parfumeries, à un savoir-faire qui font rayonner son nom dans le monde depuis des siècles.

L’avenir de Grasse ne peut consister à se mettre à la remorque des villes du littoral.

→ plus

 « HANGARS » : 3 MILLIONS PERDUS POUR LES GRASSOIS

Kiosque-mai 2018

Note : 5/5 (9 notes)



« Les Hangars », c’est le nom péjoratif que M. Leleux avait donné à la micro zone d’activités artisanale et sportive située  entre l’avenue Pierre Sémard (Gare SNCF) et l’ensemble "l’Adret" (ex "Richelieu" ), un corps de bâtiments dont ni les propriétaires ni les locataires ne posaient le moindre problème.

Au prétexte de  réhabiliter le quartier et d’ "esthétique des bâtiments" qui auraient pu être embellis avec quelques travaux de réfection des façades et plantation de végétaux, M. Leleux et sa municipalité ont décidé de raser les locaux et de les remplacer par des appartements et des équipements publics.

→ plus

 LES « DRÔLES D’AFFAIRES » GRASSOISES

Kiosque-Avril 2018

Note : 4.7/5 (13 notes)



Redisons-le. Grasse n’est pas une ville pauvre, c’est une ville que les municipalités successives  depuis 1995 ruinent par une gestion incohérente, des projets inadaptés et l’oubli des problèmes des Grassois.

Alors que les impôts sont très élevés, on ne réalise plus aucun équipement collectif  nouveau depuis des années.

Tout manque : les places de crèche et les jardins publics.

Le patrimoine historique et les bâtiments communaux se délabrent.
L’état de la Cathédrale et de l’Hôtel de Ville, des piscines Harjès, de la voirie en témoignent.
Les dépenses d’équipement ont chuté de 236 € par habitant en 2014 à 155 € en 2016.

→ plus

 FINANCES ET EQUIPEMENTS: REGARDER LES REALITES EN FACE

Kiosque-Mars 2018

Note : 4.3/5 (13 notes)





Parce que nous aimons Grasse et que nous faisons tout notre possible pour que la vie y soit plus agréable, plus juste et plus solidaire, nous voudrions pouvoir dire que « ça va mieux ».

Le Débat d’Orientation Budgétaire obligatoire avant le vote du Budget Primitif s’est tenu le 20 février.

Il a permis de dresser un tableau de la situation qui est inquiétant pour plusieurs raisons.

D’abord le service de la dette (le remboursement du capital + les intérêts) augmente encore.
Il atteindra en 2018 la somme vertigineuse de 12 millions €  (2017: 11,5 millions, 2016: 10,6 millions).

→ plus

 DES VESSIES ET DES LANTERNES

Kiosque- Février 2018

Note : 4.7/5 (13 notes)




Reconnaissons-le encore une fois, l’actuel Maire de Grasse, M. Viaud, excelle dans  « la com », une communication très largement payée par le contribuable où la place de l’opposition est en dessous même du minimum légal.

Le numéro de janvier de Kiosque a été consacré sur des dizaines de pages à un bilan de mi-mandat  (2014-2017), avec des projets  dont certains sont annoncés pour 2023, sans que la moindre place ne soit accordée aux groupes d’opposition.
Ce qui est, une fois de plus, illégal.

Cette propagande consiste bien souvent à donner l’apparence de la réalité à un simple courant d’air.

→ plus

 LE RESPONSABLE, LES COMPLICES ET LE LAMPISTE…

Kiosque-Janvier 2018

Note : 4.8/5 (12 notes)



Ce n’est pas le titre d’une fable de La Fontaine, mais un triste état des lieux qui nous révolte tous.

1-Le funiculaire fantôme: 

Il aura coûté non pas 14 millions € -ce qui est scandaleux- mais bien plutôt 17 ou 18 millions.

Nous sommes en train de faire des comptes précis, après avoir du nous battre pied à pied durant des années pour obtenir chaque information.

→ plus

 VILLA IACOMI: L'EXEMPLE DE TOUT CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE

Kiosque-décembre 2017

Note : 4.9/5 (11 notes)


 

Le Maire -M. Viaud- et la municipalité ont décidé de vendre la Villa Iacomi, au 12 boulevard Fragonard, un ensemble de 450 m² qui jouxte le Musée d’Art et d’Histoire de Provence (MAHP).

Cet immeuble de 4 étages est situé idéalement par rapport au MAHP.

Il été acheté en 1982 par la municipalité de Georges Vassallo, sur proposition de Gilbert Andrucioli alors adjoint à la Culture, pour y entreposer les riches réserves muséales de la Ville.

35 ans plus tard, ces réserves qui constituent une partie non négligeable du patrimoine des Grassois sont toujours éparpillées.

→ plus

Plus d'articles :

CALENDRIER

Juillet 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031