S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 SERIONS-NOUS UNE REPUBLIQUE BANANIERE ? LA PREUVE PAR LE « CHÂTEAU »-DITER

Kiosque-Septembre 2020

Note : 4.4/5 (7 notes)




     Le 16 juillet, Nice-Matin annonçait une soirée publique au « Château »-Diter.

      Le 18 juillet, une pleine page toutes éditions du même journal décrivait en termes dithyrambiques l’évènement et en signalait plusieurs à venir.

    Nice-Matin  avait « oublié » que la Justice pénale a jugé, en première instance puis en Appel, illégales et frauduleuses les constructions et que toute manifestation publique y est interdite, le Préfet ne pouvant, d’un côté dénoncer des dizaines d’illégalités et, de l’autre accorder l’autorisation d’Etablissement Recevant du Public (ERP) indispensable à toute manifestation publique.

    Nous nous sommes donc faits immédiatement l’écho  par lettre à M. Viaud de la colère de nombreux Grassois en nous étonnant qu’une manifestation qui met directement en cause sa responsabilité de Maire, ait pu se tenir au vu et au su de  toutes les autorités sans qu’elles n’aient réagi.

→ plus

 BROCANTE SOLIDAIRE AU PLAN DE GRASSE

Note : 5/5 (2 notes)



 "CHATEAU-DITER": QUI A DONNE L'AUTORISATION DE MANIFESTATIONS PUBLIQUES ?

PAUL EUZIERE DEMANDE DES EXPLICATIONS

Note : 3.9/5 (12 notes)


Au vu et au su de toutes les autorités municipales grassoises, départementales et préfectorales, puisque l'annonce en a été publiée en toutes éditions dans Nice-Matin du 16 juillet, une manifestation publique a été organisée au "Château-Diter".

Les élus Grasse à Tous-Ensemble et Autrement se sont alors adressés à M. Viaud, maire de Grasse, pour savoir qui avait et comment avait pu être accordées les autorisations d'Etablissement Recevant du Public (ERP).

Dans sa réponse, M. Viaud indiquait en citant des noms que l'autorisation avait été donnée par le Préfet des AM en 2019.

Mais le 11 août, Nice-Matin revenant sur la manifestation, indiquait au contraire, que la Préfecture avait répondu n'avoir nullement accordé d'autorisation.

Qui dit vrai ?

Qui ment ?

Telle est la question que les élus Grasse à Tous posent dans un nouveau courrier à M. Viaud.

→ plus

 "CHATEAU" DITER : QUAND LA LOI SERA-T-ELLE RESPECTEE ?

Constructions illégales, défrichement illégal, condamnations par la Justice... Que la Fête continue !

Note : 3.3/5 (20 notes)


 

La France deviendrait-elle peu à peu une République bananière avec une "Justice" d'Ancien Régime dont, en outre, on ignore toutes les décisions.

Depuis 16 ans, les propriétaires du "Château Diter" ont bâti à Grasse, illégalement, à partir de permis de construire frauduleux, défriché des espaces protégés, ouvert une voie dangereuse débouchant sur une route départementale.

Ils ont délibérement ignoré lois et règlements.

Condamnés à Grasse en première instance à détruire leurs constructions, les propriétaires ont été à nouveau condamnés en Appel à Aix à la démolition.

Qu'à cela ne tienne, on organise au "Château" Diter, le 17 juillet, une manifestation publique et...  on en annonce quatre à venir.

Il semble donc qu'il y a en France, et en tous cas à Grasse, deux types de citoyens: ceux qui sont soumis aux rigueurs de la loi et puis les autres qui s'y assoient dessus.

Interpellé par de nombreux Grassois scandalisés, Paul Euzière s'est adressé au maire de Grasse, J. Viaud.

→ plus

 FINANCES DE GRASSE 2019: DE LEGERES INFLEXIONS PREELECTORALES, MAIS J. VIAUD PERSEVERE DANS SES PROJETS DEVASTATEURS

Conseil municipal de Grasse - 7 juillet 2020

Note : 3.3/5 (16 notes)




Un long conseil municipal de six heures, le 7 juillet,  pour ouvrir la mandature 2020-2026.
Un conseil municipal inhabituel puisque tenu à huis clos du fait de la loi d'Urgence sanitaire et des contraintes de distanciation entre personnes.

A l'ordre du jour, 87 délibérations -essentiellement financières avec les Comptes Administratifs des budgets principal et annexes 2019, des garanties d'emprunt et renégociations.
D'autre part, le conseil municipal a élu ses représentants dans les commissions facultatives et obligatoires et dans les organismes extérieurs. 
→ plus

 APRES LA CRISE SANITAIRE, REVOIR LES PRIORITES MUNICIPALES

Kiosque-Juillet-Août 2020

Note : 3.9/5 (17 notes)




 

C'est un euphémisme de dire que la crise sanitaire due au Covid 19 -dont on ignore les possibilités de rebonds- a impacté et impactera notre vie.

Les Français ont eu notamment l'occasion de vérifier combien étaient justifiées les alertes et manifestations des soignants depuis des années.
Il est maintenant évident que l'on ne peut plus continuer "comme avant": en imposant une gestion purement comptable de l'Hôpital, de ses usagers et personnels.

Tout comme l'on ne peut plus continuer "comme avant", alors qu'une crise économique et sociale arrive maintenant, qu'elle frappe brutalement les salariés, de nombreux commerçants, nos concitoyens les plus fragiles et que 800 000 jeunes doivent entrer dans la vie active en septembre.

Au plan municipal, nous devons en tirer les leçons.
→ plus

 GRATUITE DES FACTURES D’EAU : AUX ACTES !

Kiosque-Juin 2020

Note : 3.7/5 (22 notes)


 

Du 14 novembre jusqu’au 20 mars, les Grassois n’ont pas pu consommer l’eau du robinet : l’eau du Foulon était contaminée par un parasite générateur d’une maladie : la cryptosporidiose.

La responsabilité des deux maires de Grasse, M. Leleux  puis M. Viaud, dans l’absence de protection des sources  -qui aurait dû être réalisée depuis 1997-  est  évidente.

Tout aussi évidente est leur responsabilité dans l’Etat de non entretien du canal sur des dizaines de km.

→ plus

 INSTALLATION DU CONSEIL MUNICIPAL: LES ELUS SONT DES CITOYENS COMME LES AUTRES !

LES ELUS "GRASSE A TOUS-ENSEMBLE ET AUTREMENT" NE PARTICIPERONT PAS A LA REUNION. ILS EXPLIQUENT POURQUOI

Note : 3.5/5 (22 notes)






Y aurait-il deux catégories de citoyens: ceux à qui s'applique dans toute leur rigueur les lois, et les élus qui en seraient dispensés.
C'est ainsi que l'on discrédite les institutions et que se creuse chaque jour davantage le fossé entre citoyens et élus.
 
En maintenant à tout prix  le premier tour des élections municipales le 15 mars, alors que l'épidémie du covid 19 était déjà bien présente sur le territoire, le gouvernement a organisé "une mascarade" -selon l'expression de l'ex Ministre de la Santé A. Buzyn- qui s'est traduite par un record historique d'abstentions (65% à Grasse, par exemple), par de nombreuses contaminations et décès d'élus, assesseurs et électeurs à travers tout le pays.
 
En faisant voter une loi qui interdit tout rassemblement public de plus de 10 personnes sur le territoire national et en imposant l'intallation des conseils municipaux alors que la loi interdit tout rassemblement de plus de 10 personnes, le gouvernement ignore la propre loi qu'il a fait voter il y a quelques semaines.
 
En organisant le 28 juin 2020, plus de trois mois après le premier tour et alors que s'appliquent  encore les contraintes de l'urgence sanitaire, un deuxième tour là où il y a ballotage - pour 12 millions d'électeurs- le gouvernement décrédibilise le scrutin municipal.
Une campagne électorale impossible à organiser et un nouveau scrutin dans des conditions de peur...
 
Paul Euzière, Magali Conesa, Philippe-Emmanuel de Fontmichel et Nora Addad ont donc décidé de ne pas participer à la réunion du conseil municipal du 28 mai 2020 en expliquant leurs raisons dans une lettre à J. Viaud.

→ plus

Plus d'articles :

CALENDRIER

Septembre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930