S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 Budget de la ville : sept propositions de Grasse à Tous

Kiosque mars 2011

Note : 3.9/5 (18 notes)

 




Lors du Débat d’Orientation Budgétaire préparant le vote fin mars du Budget Primitif, Bernadette Bétheuil-Ramin et moi-même avons souligné la situation financière inquiétante de la Ville.
L’endettement – plus de 72 millions d’€- est supérieur de 40 % à la moyenne des villes de même taille. Il n’a été un peu réduit que par une forte chute des investissements et le maintien à un taux trop élevé des impôts qui vont encore augmenter en 2011.

Depuis plusieurs années, nous ne cessons de réclamer l’abandon des choix « bling-bling », du tape à l’œil et des gaspillages.
Nous demandons le recentrage des priorités sur les besoins les plus urgents. Nous avons donc fait sept propositions qui sont utiles et réalistes pour le budget à venir.

1- La réhabilitation et les travaux d’entretien indispensables des bâtiments communaux, des écoles, du Musée d’Art et d’Histoire de Provence.

2- La réfection du Cours Honoré Cresp et du Jardin des Plantes qui sont dans un état de dégradation inadmissible.
Quelle image retient de notre ville le Grassois ou le visiteur qui arpente le Cours Honoré Cresp ?

3- Un programme de réfection de nos routes communales et de nos trottoirs.

4- Un plan pluriannuel – et non une ZAC – pour commencer à rénover, dès cette année, le secteur Martelly et en premier lieu, le boulevard Thiers.

5- L’abandon de la ZAC Roquevigon et que l’on remplacerait par l’achat - par la Ville ou la CAPAP -, des terrains Charabot pour y aménager un grand parc public et préserver définitivement l’environnement immédiat des Grassois.

6- La mise en place sur tout le secteur nord de Grasse d’un système d’observation et d’alerte sur les risques de mouvements de terrains : chutes de rochers, voire effondrement de pans de falaises.

7- L’augmentation de 25% des crédits scolaires pour l’achat des manuels des Ecoles qui n’ont plus été augmentés depuis 2004 alors que les prix ont explosé et que les nouveaux programmes imposent leur changement.