S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 « CAMPUS » EX-PALAIS DE JUSTICE : DES QUESTIONS TOUJOURS SANS REPONSES

Kiosque-Mai 2021

Note : 4/5 (8 notes)

  • Jeudi 27/05/2021
  • 21:59
  • Version imprimable
 


 

Le projet de Campus universitaire sur l’emplacement de l’ex Palais de Justice (derrière le Palais des Congrès) de Grasse a un coût -prévisionnel- de 7,2 millions TTC (recettes : 4,7 millions Etat + Département + Région), le reste à la charge de la Ville et de l’Agglomération.

Le bien fondé et l’emplacement de ce projet n’ont fait l’objet d’aucune réflexion préalable, ni en Commission municipale des Finances ni d’Urbanisme. Ce qui est quand même énorme !

Les conseillers municipaux du groupe "Grasse à Tous-Ensemble et Autrement", y compris ceux qui sont membres de la Commission municipale d'Urbanisme, ne l’ont découvert réellement que le 9 octobre 2020, lorsqu’a été affiché le Permis de Construire.

Constatant des anomalies et irrégularités, nous avons effectué un recours gracieux auprès de M. Viaud par une première lettre (9/12/20), puis devant l’imprécision de la réponse, une seconde (19/01/21).

Nos interrogations portent sur trois questions : des voies d’accès ne répondant pas aux normes de sécurité, la présence en sous-sol de réserves d’eau importantes et le débordement du projet sur des parcelles privées.

N’ayant reçu aucune réponse, nous avons donc saisi le Tribunal Administratif d’un recours en annulation de ce Permis de Construire dont la Ville est à la fois la demanderesse, l’instructrice du dossier et l’autorité décisionnaire.

Lors des conseils municipaux et d’Agglomération des 9 et 11 février, puis 23 mars et 1er avril, M. Viaud  a annoncé à quatre reprises que nous aurions les réponses dans la semaine.
Nous attendons toujours.

C’est ainsi que sont menées les affaires de la ville et de l’Agglomération: dans l’opacité, l’à-peu-près, l’absence d’écoute sur des projets coûteux qui ne sont jamais anticipés, jamais discutés.

Paul Euzière, Magali Conesa, Philippe-Emmanuel de Fontmichel, Nora Addad

N.B.

1/ Un courrier de M. Viaud nous est finalement parvenu après l'envoi -le 20 avril- de ce texte à Kiosque. Cette lettre ne répond pas sur le fond à nos interrogations.
2/ Les travaux ont commencé. Cela sans tenir compte des recours effectués au Tribunal Administratif par des voisins contre le Permis de Construire.