S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 Clash au Conseil Communautaire: Fabrice Lachenmaier claque la porte du bureau de la CAPG

le maire du Mas n'accepte pas "la méthode" J. Viaud

Note : 3.6/5 (49 notes)

 




Deux mois après l'élection du Bureau de l'Agglomération du Pays Grassois, on ne connait toujours pas les délégations au conseil communautaire et les commissions de travail ne sont toujours pas installées. Comme un (mauvais) reflet de la longueur anormale d'attribution des délégations aux adjoints de Grasse marquée par des "réajustements indemnitaires" au fil des conseils...
Une situation intenable pour de nombreux élus.
D'autant que la règle de fonctionnement semble de plus en plus relever des "petits arrangements entre amis" sur fond d'indemnités.
 
Le Conseil communautaire a vécu le 6 juin avec la démission de Fabrice Lachenmaier, maire du Mas, un clash révélateur des tensions et dysfonctionnements dûs à l'opacité et aux combines.
Fabrice Lachenmaier s'en est expliqué dans une déclaration percutante qu'il a lue lors du conseil communautaire .
On en trouvera ci desous l'intégralité. Les intertitres sont de la rédaction:

Fabrice Lachenmaier
Conseiller communautaire
Maire du Mas
 

 

à Jérôme Viaud
Président de l’Agglomération du Pays de Grasse

 

Monsieur le Président, 

                      "Je te donne une indemnité: tu votes ce que je veux et tu te tais"

Dans vos propos introductifs à la réunion de bureau du 23 mai 2014, vous avez tenu à préciser votre vision de la gouvernance au sein de notre collectivité en déclarant que vous teniez à ce que tous les membres du bureau, dans la mesure où vous leur accordiez des délégations accompagnées d’indemnisations, votent toutes vos propositions et évitent même de s’abstenir avec l’objectif d’afficher un consensus permanent auprès du conseil communautaire.
Je ne partage pas cette façon de faire de la politique et je pense que nos concitoyens seront tout autant choqués que moi que de telles pratiques soient encore utilisées par un élu qui a promis la transparence et le dialogue.
 

Au cours de cette même réunion du 23 mai, vous avez annoncé la vacance de la vice-présidence de M.Blanc, l’élu exprimant son indisponibilité matérielle à faire face à la charge de travail à venir.
Vous avez accepté que ce dernier propose son adjoint comme successeur.

Je tiens à préciser que je considère cette méthode inadmissible :

- M.Blanc a été élu en toute conscience de la responsabilité que générait une vice-présidence.
Il s’agit là d’une manœuvre que je ne peux cautionner et qui vise à imposer un candidat qui n’aurait jamais été élu le 14 avril dernier selon les accords politiques passés.
En effet, ces accords ne prévoyaient aucunement qu’un poste de vice-président soit accordé obligatoirement à Saint-Cézaire.

En revanche, les accords prévoyaient pour les communes non dotées de plusieurs vice-présidences que le maire soit systématiquement candidat à cette vice-présidence pour éviter ensuite une inflation de membres au bureau et qu’un maire soit absent du tour de table.

- Le conseil communautaire est souverain : nous n’avons pas à nous voir imposer un candidat par cette commune !
M.Blanc n’est pas propriétaire de son mandat pour en disposer comme il veut.
Que diriez-vous si je vous proposais d’abandonner mon mandat de membre du bureau tout en désignant un autre délégué communautaire (au hasard, M.Euzière) auquel je vous demanderais d’attribuer une délégation indemnisée ?

Enfin, comprenez qu’il est difficile pour un maire (fut-il d’une petite commune) d’apprendre que vous préviligiez la candidature d’un adjoint à un poste stratégique alors que par ailleurs ce maire fait acte de présence pour apporter sa contribution dont vous avez vous-même reconnu qu’elle pourrait être essentielle aux projets de l’Agglomération.

Deux mois après l'élection du Bureau, aucune délégation attribuée:
le Président n'a pas encore eu le temps. Il cumule...

Deux mois après l’élection du Bureau, aucune délégation n’a encore été attribuée alors que des urgences (projet de territoire, pacte financier…) ont été évoquées à plusieurs reprises. Aucune raison n’explique ce retard si ce n’est l’indisponibilité du président à constituer son équipe, pris dans la spirale du cumul des mandats.

Cela tend également à prouver que la décision de créer 15 vice-présidentes n’était liée ni à des besoins fonctionnels identifiés et avérés ni à des compétences personnelles mais tout simplement à des fins électoralistes.

En revanche, je suis étonné, dans ces circonstances, de recevoir un carton d’invitation le 27 mai sur lequel Mme Dominique Bourret est présentée comme "vice-présidente en charge des affaires culturelles".

Non pas des critères de compétence, mais de cooptation politicienne 

Dans la mesure où je souhaite conserver ma liberté de penser et de voter, dans la mesure où je ne peux cautionner des méthodes contraire à ma conception personnelle de la politique citoyenne et qui offrent un terreau propice aux amis de M.Degioanni, dans la mesure où vous préférez distribuer des délégations non pas sur des critères de compétences voire de territorialité mais uniquement par des cooptations politiciennes, dans la mesure où le mandat que j’ai reçu de mes électeurs a tout autant de valeur que celui de tout autre délégué communautaire qui n’a pas l’occasion de participer aux « vrais » travaux décidés par le bureau, j’ai pris la décision de vous adresser ma démission immédiate du bureau.

Le Maire du Mas suivra donc les travaux du conseil comme tout délégué communautaire élu au suffrage universel direct.

 
Versez mes indemnités aux Restos du coeur !

Par ailleurs, les indemnités que j’aurais du percevoir s’élevant pour la mandature à environ 70.000 euros, je vous saurais gré de bien vouloir envisager de les verser à l’association des "Restos du cœur".

Je vous réitère mes regrets que vous n’ayez pas saisi l’occasion de proposer une gouvernance innovante à la hauteur des enjeux qui attendent notre collectivité."

 

 

 


Commentaires

En même temps les grassois ont voté pour que l'agglo conserve ses prérogatives et modes de fonctionnement habituels. Alors, il est un peu tard pour clasher (au contraire il faut persévérer).
Les grassois se sont exprimés,  les grassois ont 5 ans pour s'en souvenir !!

 

 

Re:

j'aime......réponse précédente

 

 

Merci Mr le Maire du Mas

Merci Mr le Maire, j'ose espérer que d'autres maires suivront et ne mettront pas en balance leurs indemnités face aux agissements dictatoriaux de Mr Viaud...MF

 

 

Re: Le Mas


"Charles" a bien répondu : le grassois ont 5 ans pour s'en souvenir : ils ont voté !

 

 

Je paye donc j'ai raison...

Il est en effet inadmissible que des conseiller communautaires à qui l'on verse des indemnités puissent être d'un avis différend de J. Viaud. Unanimité requise et aucune objection acceptée !  Non, mais !
Il semble que le maire de Grasse confonde élection au suffrage universel et monarchie de droit divin (voir pire, Cf les années 40...).
Surchargé et incapable de faire face il ne peut s'appuyer sur aucune équipe de direction, que ce soit à la mairie où à la CAPG et dont les directeurs généraux  sont en position illégale.
C'est consternant et c'est avec nos impôts... dont on peut prévoir une hausse sensible en 2015 !

Merci à Fabrice Lachenmaier de montrer à tous qu'il n'accepte pas ces méthodes.

 

 

Les grassois ah!!!!!!

 Les grassois ont de toutes façons la mémoire courte. Alors dans cinq ou six ans!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

 

Re:

Correctif: il me semble que ce ne sont pas les Grassois qui ont approuvé le mode de fonctionnement de l'agglo, tout comme le choix des 15 vassaux  .
mais bien les membres de l'agglo eux-mêmes. J'approuve en tous cas la décision du maire du Mas.
Les élus n'ont aucune voix, ni délibérative, ni consultative. Seul le chèque de fin de mois prévaut au détriment d'un travail concret, partagé et consensuel.

Comment voulez-vous administrer une collectivité lorsque tout débat est prohibé;
On a vu où mène l'hégémonie dans des pays réputés civilisés..., nous en prenons le chemin.

 

 

Le Groupe "Grasse à Tous-Ensemble et Autrement" a voté dès le premier conseil communautaire contre ces arrangements lamentables autour des vice-présidences et des indemnités.

Nous avons proposé une démarche de rupture avec la gestion Leleux et présenté la candidature de Philippe-Emmanuel de Fontmichel qui a recueilli 8 voix sur 70, comme on peut le lire sur ce même blog (article: "Conseil communautaire: ça continue en pire...").

Pour ce qui nous concerne, nous sommes fidèles à notre démarche citoyenne, transparente et constructive.


les élus Grasse à Tous-Ensemble et Autrement au Conseil communautaire

 

 

Re:

 Sauf que beaucoup de communes ont été intégrées de force a l'agglo par le prefet contre l'avis de leurs habitants et uniquement pour plaire a Mrs leleux et Viaud et leur tailler une barronie sur mesure ou seule leur voix compte et ou tout est verouillé pour que les autres communes n'aient pas leur mot a dire dans l'agglo vue que Grasse et donc les laquais de mr Viaud disposent a eux seuls de la majorité de voix dans le conseil communautaire. Si les grassois ont vote, qu'ils se fassent une agglo entre grassois et foutent la paix aux autres communes ... Nous ne sommes plus au moyen age, nous n'avons plus besoin de seigneurs et potentats locaux pour gerer nos vies

 

 

Précisions

Les Grassois ont voté à 41% pour la liste de M. Viaud.
59% ont voté contre. Et beaucoup se sont abstenus.

Les communes n'ont pas été "intégrées de force par le Préfet", mais par les élus UMP du département à la suite du dépôt surprise d'une motion (téléguidée par M. Leleux) de M. Gueguen, conseiller général UMP du canton de St Auban en assemblée de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale  (CDCI) qui a demandé le rattachement de la Communauté de communes des Monts d'Azur à la Communauté d'Agglomération Pôle Azur Provence (ce qui a forcé "Terres de Siagne" à entrer dans la nouvelle communauté d'Agglomération).