S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 DAMIEN VOARINO "LA NECESSITE D"UNE VISION ET D'UN PROJET GLOBAL POUR GRASSE"

Voeux 2019 de Grasse à Tous- Palais des Congrès de Grasse (5)

Note : 4.3/5 (7 notes)

 


Dernier orateur de la soirée des voeux de Grasse à Tous, Damien Voarino qui est conseiller municipal et administrateur de la Société Publique Locale "Pays de Grasse Développement" en charge notamment du très contesté projet de la ZAC Martelly.

 
L'état des lieux dressé par Damien Voarino -qui ne mâche pâs ses mots- est inquiétant. En même temps, l'élu fait des propositions et ouvre des pistes de réflexion sur l'aménagement de Grasse.
 
Extraits

"(...)La situation de la ville n'est pas brillante, nous avons pu tous le constater. Pour ceux qui ont connu la ville comme moi il y a 30 ans ou plus, cela fait même assez mal cœur.

Si vous me permettez de résumer très rapidement on peut dire qu'il y a deux points essentiels : 

-  un Centre-ville en perdition
- 
une périphérie au développement anarchique

Derrière ces formules, il y a des difficultés de logement, de stationnement, une qualité de vie qui se dégrade.

Bien sûr, sur ce sujet comme sur d'autres sujets municipaux, on n’en est pas arrivés là en trois semaines, mais on n’en est pas là par hasard ni par malchance.

La majorité de J. Viaud, comme sur la plupart des autres sujet, est dans une parfaite continuité des mandats catastrophiques de JP Leleux.

Selon moi, cela peut s'articuler de cette manière :

Laisser faire les promoteurs, qui construisent là où cela les intéressent le plus, c’est à dire là où la rentabilité est la plus rapide et pas où la ville en a le plus besoin (...)

Jérôme Viaud tente aussi de renflouer les caisses de la ville en bradant le patrimoine, les différentes ventes de biens municipaux n'ont qu'un objectif, dont il ne se cache pas, essayer de faire rentrer un peu de liquidités dans les caisses de la ville. Il est bien évident que dans ces conditions, on vend généralement à perte. Je vous invite à regarder la manière dont a été geré les dernières ventes, vous en trouverez le compte rendu sur le site de Grasse à Tous. C'est parfois dramatiquement ubuesque.

Enfin, vous avez régulièrement des effets d'annonce au travers de projets hors de proportion au regard de la situation de la ville et à grand renfort de communication. On vous annonce la ZAC Martelly, mais la réalité, c'est que Monoprix ferme, que le projet aujourd'hui nous a déjà coûté des millions, notamment avec l’achat du garage Rolland 4,3 millions (sans compter le désamiantage), et sans estimation des Domaines, alors que Bouygues, qui doit officiellement le porter n'a pris absolument aucun engagement (...)

Quand vous essayez d'aller au-delà des effets des communicants, c'est souvent compliqué, même pour nous les élus, il faut vraiment aller creuser dans les dossiers pour avoir la réalité des faits et non pas la carte postale affichée dans kiosque ou dans Nice Matin. Alors vous réalisez le fossé entre les promesses et les actes.

En fait il n'y a pas de projet global et à long terme pour la ville et depuis de nombreuses années (...).
La situation se dégrade, vous le constatez tous les jours, où sont les infrastructures collectives nécessaires, où va le Centre Ville, est-ce que Grasse est condamnée à devenir une cité dortoir ?

Si nous voulons remettre la ville sur les rails, il va falloir rapidement retrouver une vision et un projet global pour la ville, en concertation avec les habitants, les acteurs économiques et tenant compte des réalités géographiques et économiques de la ville (...)

Grasse présente de nombreux atout : une situation géographique centrale, une industrie que beaucoup nous envie, une identité propre.

Arrêtons de vouloir être la dernière ville de la Côte et de tenter de copier le bling bling cannois.

Concentrons-nous sur notre qualité de vie et pas sur des énormités destinées, au mieux, à flatter les egos.

Soyons "the place to vivre" plutôt que "the place to be"