S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 DES « ECONOMIES », OUI … MAIS PAS SUR LE DOS DES GRASSOIS !

Kiosque - mai 2015

Note : 4.1/5 (21 notes)

 




Le Budget de la Ville voté le 14 avril est intenable.
Il est intenable parce que l’autofinancement brut (la capacité à financer les investissements) prévu est de 3,9 millions €.
Or, le remboursement des seuls intérêts de la dette (91 millions) est évalué à 5,2 millions + 300 000 € de «charges exceptionnelles».
Soit, au minimum : 5,5 millions € de frais financiers dus aux emprunts faits par M. Leleux et continués par M. Viaud.
Dans ce contexte, la réduction par l’Etat de la Dotation Générale de Fonctionnement (1,2 million) aggrave les problèmes. Mais elle n’en est pas la cause.


Ce budget est intenable pour le fonctionnement des services municipaux.
En effet, M. Viaud veut ne pas remplacer 2 départs à la retraite sur 3.

Ce qui signifie des dysfonctionnements en chaine, voire la fermeture de services indispensables et aussi moins d’offres d’emplois.

Il est intenable parce qu’au nom d’une « nouvelle démarche », et parce qu’elle n’a pas eu le courage de la rupture nécessaire avec la gestion et les projets précédents, la municipalité  s’en prend en fait aux Grassois en augmentant tous les tarifs et en faisant payer ce qui était jusqu’à présent gratuit (mais que nous payons déjà par nos impôts locaux).
 
Des manifestations appréciées  -telles que Cap Santé- sont arrêtées.
Les transports  pour les sorties scolaires sportives et culturelles des élèves du Primaire diminuent vertigineusement. Les crédits de la Caisse des Ecoles sont amputés de 17%.
Le repas de cantine augmente jusqu’à 68% à partir de la rentrée.
Les activités périscolaires deviennent payantes.
Mis bout à bout, la facture va être lourde.

C’est inacceptable.
D’abord parce que les Grassois ne sont pas les responsables d’une situation avant tout due à l’endettement de leur ville.
Ensuite parce qu’à côté de ces économies de bouts de chandelles, on continue les projets qui ont conduit à cet endettement : ceux déjà commencés et ceux qui ne l’étaient pas.
Enfin, parce que les élus devraient donner l’exemple de ces économies en acceptant, comme je l’ai proposé, de réduire de 25% leurs indemnités.
Les sommes ainsi économisées pourraient être affectées aux enfants de nos écoles.
C’est ainsi que l’on prépare  -ou pas- l’avenir des petits Grassois et de notre ville.

Paul Euzière
Président du groupe « Grasse à Tous-Ensemble et Autrement »


Commentaires

La Mairie paie une partie des frais de cantine de Fenelon. Cette contribution a-t-elle été supprimée ?

 

 

Re:

Sous quelle forme cette subvention est-elle attribuée ? Car il n'y a pas de ligne spécifique dans le document budgétaire.

 

 

Re:

Ha bon...le repas coûte 7,60 euros  aux parents....je ne suis pas sûre qu'il y ait subvention avec un tel tarif facturé.

 

 

Re:

A notre connaissance, il n'y a pas de subventionnement de ce type.
Paul Euzière