S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 DOMAINE DE GRANGENEUVE : UN GOLF POURQUOI ? POUR QUI ?

Une menace pour l'ouest du pays grassois

Note : 3.1/5 (39 notes)

 


Pour réaliser un énième golf entre les Alpes-Maritimes et l’Est varois – qui en compte déjà une trentaine -, une société « Taulane invest » a acquis le Domaine de Grangeneuve, 340 ha d’espaces naturels, 83% sur la commune du Tignet, 17% sur Peymeinade.

Composé de garrigues et de forêts, ce territoire où, dès le XIème siècle les moines de Lérins ont fondé un établissement, a toujours eu une vocation agricole.
Jusqu’à aujourd’hui, il est inconstructible
. Une partie du domaine qui touche
la Siagne est d’ailleurs incluse dans le périmètre de Natura 2000.

Au départ, « Taulane Invest » entendait réaliser un golf de 18 tous accompagné d’un programme immobilier de 165 villas de luxe et d’un hôtel 4 étoiles. 35.000 m² de bâti.
Plus que le projet « Ikea-Family Village » de Mougins..

Devant l’opposition grandissante de la population, des associations (Adepte-Nature et PACT) et de nombre d’élus (notamment Mme F. Brousteau, maire de Peymeinade et la municipalité, 10 des 13 élus du Tignet, Gérard Piel,...), le projet a été « ramené » à 20.000 m², 130 villas et un golf à 9 tous.
Ce qui ne change rien à la nocivité du projet.

 -          La faune et la flore, avec espèces protégées, de ce site remarquable sont toujours directement menacées.

 -          Outre le nouvel et irrémédiable saccage environnemental qu’il induit pour tous ceux qui vivent dans l’Ouest de notre département, ce projet est basé sur une grave sous évaluation des besoins en eau. Or, la communauté de Communes Terre de Siagne n’est déjà plus en autosuffisance et, ni le SICASIL, ni la station d’épuration de Picourenq ne garantissent un approvisionnement pérenne pour les prochaines années.

 -          Autre problème qui concerne toutes les communes de l’ouest du Pays Grassois : l’aggravation des problèmes de circulation sur la RD 2562 (Grasse-Draguignan) avec l’ajout de véhicules sur une route déjà embouteillée quotidiennement de Peymeinade à St Jacques. Avec ce projet, non seulement la voierie insuffisante sera encore plus encombrée, mais la liaison directe RD 2562 – pénétrante de la Siagne, l’indispensable « contournante ouest » de Grasse, ne pourra plus être réalisée.

Ces points essentiels font partie des « réserves » émises par le Préfet de Région, M. Sapin, dans son arrêté du 30.07.08 sur la « création de l’Unité Touristique Nouvelle – complexe golfique de Grangeneuve ».

Le même arrêté exige que « les structures porteuses du projet apportent les garanties suffisantes en matière de capacité et de transparence financière ».

Qu’en est-il dans ce domaine ?

Taulane Invest est une société de « support juridique de programme » au capital de 152.449€ créée le 04.05.90.
Elle est détenue par les membres d’une même famille italienne : à 50% par Mario Contini, à 40% par Ettore Contini – tous deux domiciliés à Monaco -, et à 10% par Caterina Contini, épouse Basson Von  Der Westhuizen, domiciliée au Château de
la Martre (Var).
Taulane Invest appartient au même groupe que
la SARL du Claux Amic à Grasse et que la SARL Golf de Taulane.
On y retrouve les trois mêmes personnes tout à tour dirigeants ou administrateurs.

 « Poids lourd » de ce trio et principal actionnaire, Mario Contini, 73 ans, homme d’affaires et négociant en pétrole. Il fait partie des ces « Italiens au passé tourmenté » que nommait le « Corriere della Sera », le 20 septembre 1993, dans un article au titre révélateur : « Monaco Connection ».

Dans son très documenté « Mafia, argent et politique » (Le Seuil – 1995), Roger-Louis Bianchini souligne qu’il est « cité nommément » par le « Rapport de
la Commission d’Enquête sur les moyens de lutter contre les tentatives de pénétration de la mafia en France » du député François d’Aubert [Assemblée Nationale 1993].

En 1990, il a tenté de prendre le contrôle du Casino de Mandelieu par le biais d’une société hollandaise.
Il est aussi un ami et souvent associé du premier mari de la princesse Caroline, feu Stefano Casiraghi, qui fut jusqu’en 1987 président de
la CODIL (Compagnie des Iles Lavezzi), chargée de la « mise en valeur » de l’île de Cavallo, (Corse du Sud), dont le procureur général de Bastia, C. Raysséguier, déclarait en 1994 que « le financement nécessaire à cette opération immobilière a trouvé sa source dans le recyclage de la mafia » [Rapport de la Commission d’Enquête du Sénat n°69-1999-2000].

En mars 2004, Mario Contini et sa société de raffinement basée à Mantoue – l’Italiana Energia e Servizi, auparavant Cameli Petroli, sont pointés du doigt dans le scandale onusien des programmes « Pétrole contre nourriture » de l’Irak sous embargo [« Wall Street Journal » - 11.03.04].

 En 1985, en compagnie de deux autres pétroliers, il est accusé d’évasion fiscale – autour de 15 milliards de lires – et doit répondre de délits de contrebande, corruption, faux, etc. [La Repubblica – 7 mai 1985].

Tout cela semble bien loin des 340 ha de Grangeneuve, de ses plantes et espèces protégés.
Mais pourquoi faudrait-il céder notre patrimoine (y compris les chemins publics qui le traversent) dans de telles mains?


Commentaires

assumer

En même temps tous ces habitants ont voté majoritairement UMP en 2007, c'est à dire le droit à la libre entreprise, à l'exploitaion des ressources pour plus de rentabilité économique, à la libre concurrence, à la privatisation,  etc... Ils doivent donc assumer leur choix à présent. Normal, non ?

 

 

Re: assumer

En suivant la même logique : une majorité de français a voté pour le président que l'on subit tous. C'est bien fait pour eux et pour nous tous (y compris ce qui ont voté contre)...

On ne fait plus rien et on tente de survivre en attendant que les extraterrestres arrivent et améliorent la situation.

 

 

Re: assumer

C'est une idée ! (comment s'appellera le représentant des extra terrestres ?)

 

 

Re: assumer

segolenne pour un extraterestre c est bien mais nous en avons beaucoup dans la politique de droit et de gauche pas la peine d aller chercher ET, qui lui en voyant notre monde demande a rentrer chez lui
au plus vite