S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 Ecouter les Grassois (et leur répondre)...

Kiosque juillet - août 2013

Note : 4.6/5 (22 notes)

 




M. Jack Lecouflé, président de "Star Dance" devant la salle de dance d'où son association a été chassé par la municipalité.


Nous ne le redirons jamais assez : être élu(e), ce n’est pas imposer des projets à des citoyens réduits à l’état de payeurs voire de moutons que l’on tond. Mais c’est construire ensemble des projets pour bâtir une ville où il fait bon vivre parce que chacun y a sa place.

Depuis 18 ans, M. Leleux et son équipe font exactement le contraire.

Contre vents et marées, aveugles et sourds -mais pas muets : les centaines de milliers d’€ gaspillés chaque année en « communication » le prouvent- l’actuelle municipalité veut imposer des réalisations dont les Grassois ne veulent pas.

C’est le cas du funiculaire.
On n’en a pas discuté une seule fois en conseil municipal.
Nous avons  écrit et réécrit pour obtenir des documents : aucune réponse.

J’ai questionné par courrier M. Viaud : une somme a-t-elle été prévue au budget  2013 du Conseil Général pour le funiculaire?

Pas de réponse.

Nous avons demandé que  soit communiqué au conseil municipal et débattu le rapport annuel de  "Sillages" : aucune communication de ce document, depuis 2008!

Par contre, le funiculaire est présenté comme un axe  essentiel  du projet de ZAC Martelly (5,4 millions d’€ pour la part publique).

On sait qu’on va dans le mur et qu’on y mène les communes membres du syndicat intercommunal, mais on ne répond pas. Pas plus qu’on ne répond aux chauffeurs de bus inquiets de l’avenir des lignes.

Dans le quartier de la gare, pour réaliser un projet immobilier privé, la municipalité s’acharne à vouloir exproprier les copropriétaires des Bois de Boulogne et des activités artisanales et culturelles qui fonctionnent.
 L’Enquête Publique est lancée alors qu’aucun relogement n’est intervenu.
 Est-ce bien responsable dans le contexte économique actuel ?

Que dire de l’inadmissible et méprisante façon avec laquelle on a traité l’association « Star Dance » au Plan chassée ce 1er juillet des locaux qu’elle occupait et entretenait depuis 25 ans en payant un loyer?
Là encore, nous attendons des réponses à nos courriers.

« Il y a un temps pour tout » dit l’Ecclésiaste.
Un temps pour le mépris ; un autre pour celui du respect des citoyens.

Nous travaillons pour qu’advienne enfin  à Grasse un temps pour tous.
                                                                                                                                          Paul Euzière


Commentaires



Ce qui arrive à l'association STAR DANCE est symbolique de la gestion de Grasse
Plutôt que de privilégier " le bien vivre" pour ses administrés comme le fait M ASCHIERI a Mouans -sartoux, LELEUX, lui, a toujours fait des choix obscurs, non justifiés et qui n'ont aucun rapport avec l'intérêt quotidien des grassois, cet intérêt qui fait que l'on se sent bien dans sa ville et que l'on a envie d'y vivre donc d'y consommer aussi.

Résultat, Grasse est une ville morte mais Leleux dépense de telles sommes en communication que l'écart entre le réalité de Grasse et le GRASSE VIRTUEL que l'on nous présente en devient de la science fiction

Il n'y a plus que lui pour y croire mais c'est normal puisqu'il ne vit pas à Grasse et n'y passe que pour justifier sa rémunération de Maire et ses droits à la retraite qui vont avec
Parlant de retraite, ce serait bien que les grassois la lui donne en 2014 !

 

 

s'il n'est pas là, ses effets se font ressentir  et d'autres s'activent autour de lui ...pour lui ?  Les gens ne savent pas ce qui se passe à Grasse    ...

 

 

enquête publique

Nous allons nous retrouver comme à la Tourache où des logements sociaux ont été remplacés par du privé
uniquement pour permettre à la ville d'encaisser des impôts supplémentaires: peu importait les anciens locataires....
Rénover les HLM, ou en reconstruire de nouveaux était sans doute trop couteux: il vaut mieux laisser faire le privé 
qui s'en met plein les poches! Pourquoi exproprier des copropriétaires qui ont travailler pour investir dans un logement
qu'ils désiraient? Leur a-t-on demandé leur avis? proposé un autre logement dont ils seraient aussi propriétaires sans
débourser de l'argent? Et quel est l'intérêt de cette expropriation sinon remplir les poches d'exploitants immobiliers
comme c'est la coutume dans cette région? Nous sommes vraiment dans une municipalité qui se préoccupe peu de 
ses concitoyens: il est temps que ça change!