S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 Intercommunalités: le mariage forcé de "Pôle Azur Provence", "Terres de Siagne" et "Monts d'Azur", par dessus la volonté des citoyens et des élus

Déclaration de Paul Euzière

Note : 4/5 (24 notes)

 


 

Lundi 10 décembre, la Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) -plus exactement une majorité d’élus de communes des Alpes-Maritimes extérieurs au Pays Grassois- ont décidé la fusion de la Communauté d’Agglomération Pôle-Azur-Provence avec les Communautés de Communes des « Terres de Siagne » et des « Monts d’Azur ».

Cette décision a été prise par-dessus les populations et souvent contre l’avis majoritaire des élus concernés.

 

 

Profondément attaché à Grasse et au Pays Grassois, je me suis toujours prononcé pour une intercommunalité du Moyen Pays Provençal qui préserve notre patrimoine et notre cadre de vie et nous évite de devenir l’arrière cour de villes de la Côte dont la logique de développement est différente.

Mais pour pouvoir fonctionner, une intercommunalité a besoin de l’adhésion des populations et des élus autour de projets clairs définis en commun.

Ce n’est pas le cas.
Une fois de plus
M. Leleux passe à la hussarde.

C’est un mariage forcé dans lequel les trois intercommunalités, leurs élus et populations, ignorent tout de la "dot" financière, de l’endettement et des contentieux juridiques de chacune. Il est porteur de mauvaises surprises et d’inévitables dysfonctionnements dont nos concitoyens feront les frais.

Toutes les dispositions légales doivent donc être mises en œuvre pour revenir au respect de la volonté de nos concitoyens et de la libre administration des collectivités territoriales qui est un des fondements de la République.