S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 LA LOI N’EST PAS QUE POUR LES AUTRES !

Kiosque- Septembre 2017

Note : 4/5 (20 notes)

 


 

Nous avons  à maintes reprises - et la Justice nous a toujours donné raison - attiré l’attention des maires successifs sur la nécessité de respecter et de faire respecter la loi sur le territoire communal.

Pour le Maire et les adjoints qui sont, de par leur mandat, Officiers de Police Judiciaire, faire respecter la loi est une obligation.
 
Constatons qu’à Grasse cette obligation est souvent "oubliée" ou -ce qui est un comble- inversée.

C’est ainsi que l’on peut s’interroger sur l’attitude du Maire ou du Président de l’Agglomération dans nombre de dossiers dans lesquels la Ville ou la CAPG, en tous cas les Grassois, ont été victimes.
 
En effet, on a vu ces élus faire cause commune jusqu’au bout avec des particuliers -ou des sociétés-  qui s’étaient mis dans l’illégalité.
 
On l’a vu dans le dossier Symrise-Arôma Grasse et la récupération des 750 000 illégalement versés à la société Foncière Europe où M. Viaud a utilisé les moyens de la CAPG jusqu’en Conseil d’Etat pour tenter de nous faire condamner, alors que nous ne demandions que la restitution des sommes indûment versées.
 
Même chose pour ce qui est du Château Diter : 13 ans d’illégalités continues et tous-azimuts qui n’ont pu perdurer que grâce à la complicité des municipalités.
Parce que nous sommes intervenus, la Ville a décidé, très tardivement, de demander 1 € de dommages et intérêts.
Quelle plaisanterie ! 

Jusqu’en juin, le Château Diter  a organisé des réceptions, alors qu'il n' a pas le
statut d’Etablissement Recevant du Public (ERP) et qu’il est situé en Zone Risques
Incendie. Ce qui interdit la plupart des activités.
 
Le Maire, M. Viaud, a eu connaissance de chacune de ces manifestations.
Qu’a-t-il fait , que fait-il pour faire respecter la loi ?

On retrouve le même mépris de la loi dans la plupart des projets.

Dernier en date, l’Enquête Publique concernant le nouvel Hôtel des Parfums.

Elle été ouverte le 21 juin alors que manquaient des pièces essentielles. 

Le projet a été modifié trois jours avant la fin de l’Enquête, le 20 juillet.
En clair, le projet présenté le 21 juin n’est plus du tout celui du 20 juillet !

Nous avons déposé des dires soulignant ces illégalités.

Notre devise est « Servir et non se servir ».
Notre volonté est que prévale toujours l’intérêt général et que la loi soit la même pour tous.

Paul Euzière, Nora Addad, Ludovic Brossy,
Frédérique Cattaert, Magali Conesa, Damien Voarino
Groupe « Grasse à Tous-Ensemble et Autrement »


Commentaires

On peut rajouter ...

On peut rajouter, en allant decrescendo:
la reconstruction de l'îlot Mougins Roquefort sans nouveau permis de construire, alors qu'ilen aurait fallu un;
le maintien de la complaisance envers les afficheurs commerciaux sur les panneaux réservés à l'affichage d'opinion et aux  associations grassoises
et même la hauter du nouveau garde-corps de l'avenue Thiers qui est inférieure à 1 mètre.
Un jour, il faudra bien rendre des comptes ............

 

 

Re: Grasse-city

heu... rendre des comptes, ça c'est moins sûr. N'oublions pas que les Daltons ont été élus par les habitants de Grasse-city et environs. Complicité oblige...

 

 

Mais qui se cache derrière Joe, William, Jack et Averell

Très bon article, vous simplement omis de préciser qui se cache derrière Joe, William, Jack et Averell !!!