S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 LUNDI 26 MARS à GRASSE, CINEMA STUDIO: "LETTRE DE LA GUERRE"

la 20ème semaine du Cinéma Lusophone continue avec le FTM

Note : 3.6/5 (11 notes)

 




Lundi 26 Mars
  à 20h00 au Cinéma Studio à Grasse,  la 20ème semaine du Cinéma Lusophone continue en partenariat avec le Festival

« Lettres de la guerre »  (Cartas da guerra) de Ivo M. Ferreira est un film qui a été très remarqué au Festival International du Film de Berlin.

C'est une  première œuvre inspirée de la vie de l'un des plus grands écrivains portugais vivant António Lobo Antunes qui, jeune médecin a été envoyé dans le cadre du Service militaire, comme des dizaines de milliers de jeunes Portugais, faire la guerre en Angola, alors colonie portugaise.

Antonio Lobo Antunes en a tiré un roman autobiographique terrible "Le cul de Judas" ( publié en France aux éditions Métailié).

Dans ce film, magnifique en noir et blanc, ce sont les lettres d'amour d'Antonio Lobo Antunes à sa jeune femme qui constituent le fil conducteur .

Le Film :

Soldat pendant la guerre coloniale en Angola entre 1971 et 1973, Antonio, un jeune médecin portugais souvent confronté à l'horreur, tente de tenir le coup. Sa femme et leur enfant lui manquent terriblement.
En train de devenir écrivain, il envoie des lettres enflammées et pleine de poésie à son épouse restée au pays.
La vie est dure dans le camp : entre quelques nouvelles du Benfica, les hommes se battent pour leur survie, ou perdent la tête - l'un s'enfuit nu dans la nature, l'autre cherche son briquet comme si sa vie en dépendait...

Les Critiques :

« Ainsi que l’a voulu le réalisateur, ce sont donc les lettres, lues par les deux acteurs formant le couple (Miguel Nunes et Margarida Vila-Nova) qui donnent véritablement corps à ce film poétique et contemplatif. Le spectateur trouve sa place au cœur de cette intimité épistolaire, pour un moment de cinéma suspendu »

La Croix

« Noir et blanc soyeux, peu de dialogues, mais des mouvements fluides de caméra, autour de diverses silhouettes : un capitaine cultivé avec lequel António joue aux échecs, un griot, une fillette perdue... Pour ce premier film, le cinéaste a trouvé une forme envoûtante, concrète et surréelle à la fois. »

Télérama

 « Entre guerre et amour, Ivo M. Ferreira fait ainsi vibrer la plume de cet écrivain en devenir, à travers une lecture intimiste qui sublime la beauté des paysages africains, des soldats au front et surtout cet amour à distance qui lui donne l'espoir et le maintient en vie. »

Transfuge

« Une superbe lecture en images inspirée des lettres passionnées qu’envoie à sa femme le futur écrivain Lobo Antunes, sur le front de la guerre coloniale en Angola».
L'Humanité

« Un bien joli film »

Marianne