S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 PATRIMOINE GRASSOIS : DES « VERITES AFFLIGEANTES »

Kiosque juillet-août 2012

Note : 3.2/5 (97 notes)

 




Le patrimoine est un atout pour une ville.
Ce lien avec son passé et entre tous ceux qui y vivent fait son attrait.

Capitale historique de la Provence orientale, Grasse possède un patrimoine rare que ses municipalités successives, politiquement différentes, de Honoré Lions à Hervé De Fontmichel en passant par Georges Vassallo ont toujours eu à cœur de préserver.

Que voit-on, aujourd’hui?

A l’entrée de la Ville: le Cours sinistré. En 17 ans, la municipalité n’a pas trouvé l’argent  pour repasser une couche de goudron à quelques mètres d’un Musée International de la Parfumerie  qui a coûté près de 16 millions d’€ !

Au dessus, le Jardin du Clavecin. Il devait être réhabilité en 2005 pour un coût de 90 000 €. Il  le fut finalement en 2007 au prix exorbitant de 300 735 €.

Pour le résultat  que l’on sait (détails sur mon blog :http://pauleuziere.wordpress.com/)

Au dessous, le Jardin des Plantes, seul espace vert public au Centre ville -où tant de petits Grassois ont joué et de nos concitoyens fait leurs photos de mariage- lui aussi à l’abandon. Pire: menacé par un projet de funiculaire destructeur de notre patrimoine.
 
Que dire de l’état du Musée d’Art et d’Histoire de Provence, ancien Hôtel particulier édifié au XVIII° par la sœur de Mirabeau ? De la façade délabrée de la Mairie – ancien Palais épiscopal- qui jouxte la Cathédrale?
 
Le non entretien de la maison Iacomi acquise par M. De Fontmichel pour servir de réserve au MAHP a coûté 300 000 €. de toiture, les planchers maintenant effondrés étant laissés en l’état.
 
Autre patrimoine abandonné: «les Fontaines Parfumées»: un ensemble exceptionnel des XVII°, XVIII° et XIX° siècles acquis par la Ville pour une destination publique puis vendue au groupe Vuitton.
«Laissée sans entretien pendant une petite décennie alors que sa valeur patrimoniale et historique était connue, la demeure principale est largement effondrée sur elle-même aujourd’hui » reconnaît le permis de démolir signé par l’adjoint délégué!

Et le Maire nous parle de «Grasse 2020» !

«On caresse encore des chimères pour se consoler de vérités affligeantes auxquelles on ne peut résister» a écrit un jour Talleyrand.

Cessons le bling-bling ! Occupons-nous enfin de notre patrimoine!

Paul Euzière.

N.B. La photo accompagnant au haut de cet article est prise de la Cour d'Honneur de la mairie de Grasse.
Il s'agit de grilles interdisant "provisoirement" (depuis plusieurs années...) l'entrée du Jardin Bellaud de la Bellaudière, adossé à la façade nord de la magnifique façade médiévale nord de l'Hôtel de Ville d'où on surplombe la Place de l'Evéché. A l'abandon assi, ce jardin à quelques mètres seulement de l'entrée de l'Hôtel de la Ville qu'empruntent tous les jours M. Leleux et son équipe...  un autre exemple "d'entretien" de notre patrimoine !