S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 PENETRANTE CANNES-GRASSE, ECHANGEUR DE LA PAOUTE, PLU, DEBOISEMENT SAUVAGE......

l'Association de défense des quartiers St Antoine et St Jacques fait le point

Note : 4.1/5 (26 notes)

 




Depuis 2007, le projet d'échangeur de la Paoute dort dans les cartons du Conseil (Général) Départemental..

Le bureau de l’Association de Défense des quartiers St Antoine et St Jacques s’est réuni pour faire
le point sur les questions concernant nos quartiers:

1- En ce qui concerne le prolongement de la pénétrante jusqu’à St Jacques, nous attendons la décision du Tribunal Administratif de Nice. Une Assemblée Générale extraordinaire sera convoquée dès que nous en aurons connaissance. Le dossier de cette affaire est consultable sur notre blog « Oui au contournement ».

2- L’échangeur à la Paoute, prévu de longue date, dont le projet était prioritaire (voir les engagements de M. Ciotti dans « Nice-Matin ») n’est toujours pas commencé (prix de départ annoncé : 14 millions d’€). Cette réalisation indispensable  permettrait pourtant de soulager la circulation dans Grasse, et de diminuer les nuisances sonores qui persistent et s’accentuent, en particulier à l’entrée du tunnel de la pénétrante Cannes-Grasse. Les comptages sur ce point doivent être revus par des bureaux d’études indépendants, dans le respect des normes environnementales et sanitaires.

3- Dans ce contexte, la modification du PLU n° 11 (voir notre blog) aggravera les choses. Les résultats de l’enquête publique montrent d’ailleurs que nos concitoyens en prennent conscience. Nous devons nous opposer à un bétonnage anarchique qui met en jeu notre vie quotidienne et les ressources, entre autres touristiques, de notre ville.

4- Il faut mettre un terme aux  travaux illégaux du « Château Diter » qui se sont accompagnés  de la réalisation d’un accès non autorisé sur la RD 9 -ce qui a  accru  la dangerosité de cette route- et qui, en outre,  se sont traduits par l’abattage de dizaines d’arbres dans une zone boisée classée au PLU. Ce qui est un préjudice pour les habitants de nos quartiers et pour l’ensemble des Grassois.