S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 QUELLES PRIORITES BUDGETAIRES ? PPP ECLAIRAGE: UNE RESILIATION A L'AVEUGLETTE, CANTINES SCOLAIRES: ON REDONNE AU PRIVE ?

Au Conseil municipal de Grasse du 9 février 2021

Note : 3.6/5 (23 notes)

 



Vingt-huit délibérations
-dont des rapports ("Développement durable" et "Situation en matière d'égalité Femmes-Hommes") qui ne font pas l'objet de votes- étaient à l'ordre du jour du premier conseil municipal de Grasse de l'année 2021.

Un conseil municipal encore à huis-clos du fait de la crise sanitaire et donc retransmis en vidéo avec la caméra fixée seulement le maire et ses adjoints.

Pour les interventions de l'opposition, le son (pas toujours de qualité) mais aucune image...

Trois sujets d'importance ont monopolisé l'essentiel des débats: la préparation du Budget Primitif 2021 de la commune, la résiliation du contrat de Partenariat Public-Privé Eclairage Public et la restauration collective et scolaire.


QUELLES ORIENTATIONS POUR LE BUDGET 2021 DE LA VILLE ?

Les grandes lignes du Document d'Orientations Budgétaires 2021 [délibération 2021-03]et "un focus" sur le Compte Administratif 2020 (la réalité des dépenses) ont été présentée par J. Viaud qui a brossé un tableau de l'évolution financière de Grasse et s'est félicité du "changement de la situation financière" grassoise, "tous les soldes intermédiaires de gestion ayant été largement améliorés malgré la régression nette des dotations de l'Etat".

Seulement quatre élus sont intervenus dans ce débat pourtant essentiel: J. Viaud, P. Euzière, S. Cassarini et N. Doyen.

Pour le groupe des élus "Grasse à Tous-Ensemble et Autrement,  Paul Euzière a commencé par ironiser sur une présentation des chiffres surprenantes : "Pour des raisons quelque peu obscures les tableaux comparatifs partent de 2014, donc d'il y a 6 ans.
"Nous ne sommes plus en période électorale
-a rappelé Paul Euzière- cette année de référence de 2014 n'a pas de sens, sauf à considérer qu'il s'agirait d'une quelconque "Année 0", quelque chose comme une ère nouvelle de l'Histoire millénaire de notre ville.
Nous ne le croyons pas.

Les municipalités élues en 2014 et 2020 continuent à s'inscrire dans les grands choix, parfois en les aggravant, des municipalités de M. Leleux.

L'An 0, ce serait donc plutôt 1995 et l'arrivée de M. Leleux..."

Puis le président du groupe GATEA a fait une remarque de fond: "Le document regorge de chiffres -ce qui est bien- mais il en manque.
Surtout, tous vos tableaux comparatifs à partir des moyennes nationales, régionales et départementales n'ont pas de sens.

Quand on compare, il faut comparer ce qui est comparable.
Pour qu'elles aient un sens, les données grassoises doivent être comparées aux données des villes de même strate, pas à celle de collectivités différentes ou de l'Etat..."

Paul Euzière a ensuite décortiqué le Document d'Orientations Budgétaires en montrant les déséquilibres et sujets d'inquiétude que peuvent avoir les Grassois en matière de gestion municipale.
Lire l'intervention de Paul Euzière


LE DESASTREUX CONTRAT DE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE D'ECLAIRAGE PUBLIC: "COUVERTURE DU RISQUE" ET INDEMNISATION

Lors du conseil municipal du 8 décembre 2020, M. Viaud a présenté une délibération de résiliation du contrat de "Partenariat Public-Privé" d'Eclairage public que M. Leleux avait fait voter par la majorité du conseil municipal de Grasse le 4 juillet 2013.

A cette occasion, le groupe des élus "Grasse à Tous-Ensemble et Autrement" avait souligné que ce vote de résiliation s'effectuait sans que les élus ne disposent de tous les éléments de réflexions juridiques nécessaires à leur choix.

M. Viaud s'était engagé à fournir notamment l'audit juridique qui était réclamé depuis 2018 par Magali Conesa.

Malgré son engagement en séance publique le 8 décembre, le 9 février, les élus n'ont toujours pas reçu communication de ce document essentiel.

La délibération 2021-04 portait, dans le cadre de cette résiliation du contrat, sur la "couverture du risque dévavorable de l'indemnité de retournement des swaps" (IRA) évalué à 20 000 €.

Une longue passe d'armes a eu lieu entre Paul Euzière et Jérôme Viaud à ce sujet.
Lire l'intervention de Paul Euzière

Abstention des élus Grasse à Tous-Ensemble et Autrement.


RESTAURATION COLLECTIVE, CANTINES SCOLAIRES: ON REBELOTTE AVEC LE PRIVE
!

En 2006, M. Leleux -avec un certain nombre d'élus qui sont aujourd'hui adjoints  de M. Viaud- avait fait voter par sa majorité un contrat de Délégation de Service Public pour la restauration collective et scolaire qui avait été attribué à la Sodexo pour 15 ans.

Ce contrat était totalement défavorable à la ville.
 
En outre, il n'a pas été respecté.
La Sodexo a aménagé sur un terrain où se sont accumulés (pour la Ville...) les surcoûts) une "cuisine centrale" qui n'était pas une cuisine mais un hangar d'assemblage de produits pré-cuisinés.
Parents et enfants des écoles se plaignent régulièrement de la qualité des repas.
 
Le contrat avec la Sodexo arrivant à son terme le 31 décembre 2021, la Ville aurait pu faire comme le font 59% des communes de France: revenir à une gestion municipale des repas qui aurait permis qualité et contrôle de l'ensemble des chaines d'approvisionnement et maîtrise des coûts, en associant étroitement les usagers.
 
Sous des prétextes fallacieux et après une procédure caricaturale, sans analyse comparative entre les coûts et avantages entre régie municipale publique et délégation à une société privée, J. Viaud a décidé de faire voter le principe d'une nouvelle Délégation de Service Public.
 
Paul Euzière est intervenu pour dénoncer la véritable mascarade qu'a été la réunion de la commission  de DSP avec un Bureau conseil incapable de répondre à certaines questions  et pour expliquer les raisons de l'opposition totale des élus Grasse à Tous-Ensemble et Autrement. 
 

Votes contre: P. Euzière, M. Conesa, P-E de Fontmichel, N. Addad, (groupe GATEA)
M. Lazreug, S. Cassarini, JP Camerano, P. Isnard, A. Isnard.


Commentaires

Merci

Merci pour ce compte rendu édifiant (4 interventions seulement sur un tel sujet!) et surtout pour vos analyses et réflexions en vue d'un peu de rigueur et de sérieux dans la gestion des finances de la ville.