S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 SECTEUR SAUVEGARDE DE GRASSE: DEUX POIDS, DEUX MESURES ?

Damien Voarino pose la question

Note : 3.2/5 (48 notes)

 




Mardi 10 janvier, pour la première fois depuis avril 2014, et alors que la municipalité est pratiquement à mi-mandat, la Commission locale du Secteur sauvegardé -dont dépend le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur  (PSMV) du Centre historique de Grasse- s'est enfin réunie en présence notamment du Sous-Préfet, de l'Architecte des Bâtiments de France, des représentants de la DRAC, de techniciens et d'élus.
 
Damien Voarino, conseiller municipal, Administrateur de la SPL Pays de Grasse Développement y siégeait au titre d'élu du groupe Grasse à Tous-Ensemble et Autrement".

Suite aux décisions qui ont été prises,il a publié le communiqué suivant.

"Mardi 10 janvier a eu lieu la Commission locale du Secteur Sauvegardé.

Il était en effet grand temps,  pratiquement trois ans après les élections municipales  donc à mi-mandat !, que cette Commission se réunisse enfin car les sujets de préoccupation des grassois ne manquent pas.

Malheureusement, les seules adaptations au Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Centre historique de Grasse qui étaient à l'ordre du jour concernaient :

- la  "Grande médiathèque" du Rouachier, pour un escalier classé, détruit par    l'entreprise sous traitante,

- la ZAC Martelly afin d'adapter le PSMV au projet porté par la SPL Grasse Développement.

J'ai regretté au cours de cette  réunion, au nom des élus du groupe Grasse à Tous-Ensemble et Autrement, que les effondrements, notamment celui de l'îlot Mougins-Roquefort, n'aient été abordés qu'à travers un point d'information dans "les questions diverses".

En effet, à aucun moment, il n’a été envisagé un débat sur une adaptation du PSMV qui prenne en compte cet effondrement et donc, de la pertinence d'un point de vue urbanistique, de sa reconstruction.

Cela donne la désagréable impression qu'il existe "deux poids deux mesures", et que le PSMV est plus ou moins adaptable en fonction des sites, des projets et de ceux qui s'expriment.
Contrairement à ce qui a toujours été affirmé par la municipalité: des adaptations et modifications du PSMV sont possibles, dès lors que le Maire et les membres de la commission en expriment la volonté.

Si l'on peut décider de la non reconstruction d'un escalier classé, il est possible de même de décider la non-reconstruction de l'îlot Mougins-Roquefort.

C'est ce que nous avons toujours dit.

C'est ce qui vient d'être démontré.

Grasse,11 janvier 2017.

 

 
 

Commentaires

Insister: enfoncer le clou

Il faut persévérer et continuer à dénoncer l'attitude du maire et de ses soi-disant conseillers.

Mardi 17 janvier 2017, en conseil municipal, les élus auront l'occasion de renouveler la demande de non reconsctruction de l'immeuble effondré rue Mougins Roquefort, et il sera opportun d'en faire de même lors de la réunion du 25 janvier 2017, en mairie, avec, outre les élus des oppositions, l'association SOS Grasse sinistrés.

Il est bon de rappeler que Pays de Grasse Développement est en train de reconstruire rue Mougins Roquefort en contravention  avec les règles d'urbanisme et, notamment, les décisions de la chambre criminelle de la Cour de Cassation rappelant l'obligation de déposer un permis de construire après un effondrement. L' "affaire" n'est donc pas terminée .....

 

 

Confirmation.

GRASSE fait partie des villes dont les élus considèrent que leur ville n'est pas soumise aux lois Françaises, mais qu'elle est propre à assouvir leur désir de puissance.