S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 SERIONS-NOUS UNE REPUBLIQUE BANANIERE ? LA PREUVE PAR LE « CHÂTEAU »-DITER

Kiosque-Septembre 2020

Note : 3.8/5 (13 notes)

 




     Le 16 juillet, Nice-Matin annonçait une soirée publique au « Château »-Diter.

      Le 18 juillet, une pleine page toutes éditions du même journal décrivait en termes dithyrambiques l’évènement et en signalait plusieurs à venir.

    Nice-Matin  avait « oublié » que la Justice pénale a jugé, en première instance puis en Appel, illégales et frauduleuses les constructions et que toute manifestation publique y est interdite, le Préfet ne pouvant, d’un côté dénoncer des dizaines d’illégalités et, de l’autre accorder l’autorisation d’Etablissement Recevant du Public (ERP) indispensable à toute manifestation publique.

    Nous nous sommes donc faits immédiatement l’écho  par lettre à M. Viaud de la colère de nombreux Grassois en nous étonnant qu’une manifestation qui met directement en cause sa responsabilité de Maire, ait pu se tenir au vu et au su de  toutes les autorités sans qu’elles n’aient réagi.

     La réponse de M. Viaud est pour le moins emberlificotée. 

   Depuis 16 ans, les propriétaires du « Château »-Diter ignorent les lois et règlements, les décisions de Justice et ne s’acquittent pas de taxes que tous les Grassois payent.

    Cette situation inadmissible est bien sûr imputable aux propriétaires. Mais si elle perdure, c'est parce qu'il y a des complicités à tous les niveaux.

Nous avons agi.

Sans compter nos interventions en conseil municipal, nous avons interpellé par courrier à 11 reprises les maires de Grasse et nous avons posé 4 questions écrites.

Nous continuerons à agir pour faire appliquer une loi qui est censée être égale pour tous
.

Paul Euzière
, Magali Conesa, Philippe-Emmanuel de Fontmichel, Nora Addad
Groupe « Grasse à Tous-Ensemble et Autrement »

 

 



            
 




Commentaires

Avez-vous reçu une réponse ?

Très bien de réagir ainsi, encore faudrait-il qu'il y ait une réponse en face ce qui ne semble pas être le cas. La Préfecture et la mairie se renvoient la "patate chaude" et préfèrent garder le silence. Merci d'insister.