S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 UNE RENTREE PAS COMME LES AUTRES

Septembre 2016

Note : 3/5 (20 notes)

 



Dessin de la petite Bouchra, 13 ans, de Damas.
Le quotidien de guerre et de terreur que vivent les enfants syriens depuis 5 ans...
 

Cette « rentrée »  n’est pas ordinaire.

Il y a moins de deux mois, les Niçois et aussi de nombreux visiteurs et touristes, étaient frappés  par  un terrible attentat.

Quelques jours plus tard, en Normandie, un prêtre catholique était assassiné dans son église.

Nous n’aborderons donc pas ici les dossiers grassois, aussi nombreux et brûlants soient-ils.


Nos pensées et notre compassion  vont d’abord aux victimes et à leurs familles et aux simples spectateurs qui  ont assisté à cette tuerie et qui en resteront marqués à vie.

Autant  l’assassinat du Père Hamel ne soulève pas d’interrogation sur ses auteurs, autant le massacre de Nice comporte des vastes  zones d’ombre tant sur la personnalité du meurtrier que sur l’élaboration de l’attentat.
Les investigations en cours devraient apporter quelques éclaircissements.

Quoi qu’il en soit, chacun est à même de faire quelques constats.

D’abord, la politique du  tout sécuritaire  - 1257 caméras de vidéosurveillance de Nice (1 pour 272 habitants) et une police municipale pléthorique- n’ont rien empêché.

Ensuite, l’état d’urgence est inefficace.

Enfin, la plupart des mesures qui sont évoquées par certains responsables politiques relèvent  plus d’un tintamarre démagogique pour occuper les médias que de solutions véritables.

Pour en finir avec les attentats dans notre pays, il faut s’attaquer à trois causes de fond qui sont intrinsèquement liées :

- 1- la politique étrangère ambigüe de la France au Proche Orient et ses liens avec l’Arabie Saoudite, le Qatar et le gouvernement turc,

- 2- l’enfoncement dans la précarité et la pauvreté d’une part croissante des jeunes des couches populaires notamment dans les cités,

- 3- le prosélytisme non pas religieux, mais politico-religieux de mouvements « islamistes », bien souvent, créés par les Etats-Unis pour lutter contre des régimes qui ne leur étaient pas soumis.

Dans cette situation, la stigmatisation de nos concitoyens musulmans qui, on l’a vu à Nice où plus de 30% des victimes sont des musulmans, est injuste et dangereuse.
C’est le piège que nous tendent les terroristes.

A la division et aux fausses oppositions, répondons ensemble par la réaffirmation fraternelle et forte des valeurs de la citoyenneté et de la République !

Paul Euzière, Nora Addad, Ludovic Brossy, Frédérique Cattaert, Magali Conesa, Damien Voarino
Groupe « Grasse à Tous-Ensemble et Autrement »