S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 XXIème "SEMAINE DU CINEMA LUSOPHONE", le Festival TransMéditerranée présente "TERRA FRANCA" de LEONOR TELES

Jeudi 28 mars, Grasse, Cinéma Studio, 19h30

Note : 3.4/5 (12 notes)

 



En ouverture de la XXIème Semaine du Cinéma lusophone, le  FTM présente « Terra Franca » de Léonor Teles (sortie en salles: 21 novembre 2018).

Le premier long métrage d'une jeune réalisatrice portugaise de la nouvelle génération, salué par de multiples prix et la critique internationale.

Léonor Teles filme le quotidien d’une famille de pêcheur au Portugal.

Issue de l'École Supérieure de Théâtre et de Cinéma de Lisbonne dont elle obtient le diplôme en 2013, elle a réalisé en 2016 un court métrage qui est récompensé par l'Ours d'or du meilleur court métrage à la Berlinale.

Elle travaille également comme directrice de la photographie.

"Terra Franca", a été primé dans plusieurs festivals.

 

Synopsis

Sur les berges du Tage au Portugal, un homme vit entre la tranquillité du fleuve et les relations qui le rattachent à la terre.

Filmé aux quatre saisons, "TERRA FRANCA" fait le portrait de la vie du pêcheur portugais Albertino, entouré de sa femme Dalia et de ses filles, dont l’aînée s’apprête à se marier.

La fin d’un cycle de vie, à hauteur de barque et de regard.


Les critiques
 

Libération :
"Tant d’acuité, de style et de risques payants nous permettent de considérer ce petit film sur des petites choses comme l’avènement d’une authentique cinéaste". 

Télérama :
"Un doc lumineux et sensible où s’invite aussi la peur des lendemains".

Le Monde :
"Terra Franca est bien plus qu’un film divertissant. Il est frappant de voir comment cette jeune cinéaste et chef-opératrice nous donne à suivre un « feuilleton » alors que la parole a jailli des repas familiaux. Rien ne relève du décor : tout est vrai, la maison, la table à manger, le bateau d’Albertino, le bar que tient Dalia… "

Les Inrockuptibles :
"Terra Franca" est une preuve de plus de l’émergence d’une nouvelle et séduisante génération dans le cinéma portugais. S’ajoute à la liste le nom de Leonor Teles, dont il faudra chérir le cinéma autant qu’il chérit ses personnages, c’est-à-dire beaucoup".