S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 ZAC MARTELLY: CE QUE NOUS CONTESTONS, CE QUE NOUS PROPOSONS

Conférence de presse de Paul Euzière, Jean-Paul Camérano, Damien Voarino et Philippe-Emmanuel de Fontmichel, vendredi 5 avril 2019

Note : 3.2/5 (50 notes)

 


 

Devant l'absence d'informations réelles des élus sur la ZAC Martelly et la non constitution d'un comité officiel de pilotage
(réclamé depuis 2014) incluant les représentants de l'opposition au conseil municipal de Grasse, quatre élus grassois  Paul Euzière, Jean-Paul Camerano, Damien Voarino et Philippe-Emmanuel de Fontmichel, ont pris l'initiative d'une conférence de presse à Grasse, vendredi 5 avril.
 
Plusieurs médias écrit et audiovisuels étaient présents ainsi que les conseillères municipales Frédérique Cattaert et Brigitte Vidal.

 
Objectif: au delà des parcours et différences de chacun, faire le point sur un dossier majeur pour la ville et ses finances.
Plus de 11 millions € d'argent public déjà engagés, Monoprix qui annonce son départ pour octobre 2020 (ou au plus tard, sous certaines conditions, en 2021), quelle place pour le logement et pour les jardins et espaces publics ?
Quelles pistes pour avancer ?
Quelles alternatives possibles ?
 
Autant de questions qui intéressent tous les Grassois et qu'ont abordées successivement Paul Euzière, Jean-Paul Camerano, Damien Voarino et Philippe -Emmanuel de Fontmichel.
 
Paul Euzière

Retour sur 9 années d'hésitations et d'incohérences 

"9 ans ont passé depuis le lancement de cette opération...
A ce jour, rien n'a commencé d'un projet qui aurait dû être achevé au plus tard en 2018 !
La ZAC Martelly n'a été l'objet d'aucun recours d'élu devant le Tribunal Administratif.
Les retards dans la réalisation de cette ZAC sont donc entièrement imputables à la municipalité, à ses incohérences et à une dramatique absence de vision..."



 
 
Jean Paul Camérano

Plus de 11 millions € déjà engagés et ce n'est pas fini !

 

Damien Voarino

La SPL "Pays de Grasse-Développement" a fait des emprunts.
Toutes les échéances ont été renvoyées à après les municipales de 2020: on repousse la poussière sous les tapis !




Philippe-Emmanuel de Fontmichel

Des alternatives sont possibles à moindres risques.
Des pistes de réflexion


Commentaires

Faudrait faire un referendum...qui est pour. Qui est contre. Combien ça va coûter aux grassois. Encore pour combien de decennies...un projet financé par le privé.....visiblement pas que...beaucoup plus de logements...un Monoprix. Qui disparaît...et tant d’opacité... qu en pensent les grassois...que faire de ce projet...si la municipalité change...

 

 

Re:

Il faudrait d'abord commencer par communiquer aux élus du conseil municipal toutes les informations.Ce qui n'est pas du tout le cas.
M. Viaud maintient l'opacité la plus totale
.
 
Ensuite, créer et faire fonctionner un comité officiel de pilotage pour suivre toutes les évolutions du projet.
 
Enfin, ouvrir un grand débat avec les Grassois, en premier lieu les commerçants, les professionnels et les habitants du centre-ville pour écouter leurs propositions.
 
Après, lorsque chacun aurait toutes les données en sa possession, un référendum pourrait être envisagé.