S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 Hôpital de Grasse: Service réanimation, le danger est confirmé

La Ministre de la Santé répond à Paul Euzière

Note : 3.8/5 (33 notes)

 




Le devenir du Service de Réanimation du Centre Hospitalier de Grasse reste posé.

C'est ce que montre la réponse du Chef de cabinet de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, au courrier adressé le 18 décembre 2013 (cliquer) par Paul Euzière, président du groupe Grasse à Tous,
lorsque Patrice Cattaert, administrateur élu du Centre Hospitalier et responsable syndical CGT, avait alerté sur la très discrète "consultation" lancée par l'ARS. On y retrouve la même logique de « regroupement » sur un seul site, à priori celui de Cannes.

La suppression des lits de Réanimation du Centre Hospitalier de Grasse, est confirmée dans cette réponse ministérielle.
L’argumentation d’une démographie médicale décroissante sert maintenant de prétexte pour « justifier » ce genre de regroupement, et parvenir ainsi -car l’objectif initial est bien celui là- à supprimer purement et simplement une offre de soins publique de proximité.

Pour tenter de faire passer la pilule, le Ministère précise qu’il y aurait "maintien des lits de surveillance continue" sur l’établissement qui se retrouvera donc démuni de service de réanimation.

Pas de quoi être rassuré ! D’autant plus qu’une telle transformation, si elle se faisait, serait lourde de conséquences sur le devenir d’autres spécialités médicales qui, au contraire, doivent se développer pour répondre aux besoins de la population, croissante, de tout le pays grassois.

Ainsi, la Ministre de la Santé continue donc d’ignorer les avis des usagers, des professionnels de santé, et des élus de tout le pays grassois.

Face à cette attitude basée sur la seule rentabilisation de la Santé, il y a nécessité dès maintenant de relancer la mobilisation pour défendre notre service de Réanimation, et plus largement maintenir et développer toutes les activités de notre hôpital.


Ci dessous, le courrier reçu par Paul Euzière:




 

 



Commentaires

commentaire


A lire cet article et plus particulièrement la réponse de l’institution", j'aurais envie de dire et je dis:
Venez voir sur place ce qu'il se passe réellement aux urgences et le résultat de du travail effectué.
Que veut dire "une démographie médicale décroissante" ? Je dirais : et la prospective selon le vieillissement de la population dans les 20 prochaines années ?
Sur quelle étude (tronquée se basent t’ils). Alors que tous corps de métier dans les hôpitaux voisins s’accordent à dire que Grasse accuse le plus de patients aux URGENCES.
C’est bien de cela dont il s’agit. Qui dit Urgence dit interventions potentielles qui nécessitent des soins parfois chirurgicaux et donc avec la réanimation.
L’impact d’une suppression de la « REA » engendrerait de fait une incapacité à l’hôpital de Grasse d’intervenir rapidement sur les cas. Et de la, transférer les patients « URGENTS » sur Cannes !!! Quelle ineptie.
Toute recherche est le fruit et le résultat de celui qui paye…..l’Etat.
Celui qui commande paye et celui qui paye commande….. Quelle honte.
Grassois de souche, et sociologue de surcroit, je pense qu’ il est trop facile de trouver des arguments pour minimiser le service publique au bénéfice d’un service privé comme semble soutenir la municipalité et certains corps médicaux grassois. Le problème décisionnel aujourd’hui repose sur le manque d’engagement et l’éclairage de nos élus sur le sujet et la lisibilité de ce qu’ils ont du service public. Si par malheur certains étaient dans le besoin (hospitalier grassois), ils n’hésiteraient pas de soutenir la cause….
La réalité est tout autre. Il faut mobiliser la population qui ne mesure pas l’enjeu d’une telle réforme et tous les dégâts collatéraux qu’elle pourrait engendrer.

 

 

Le service de réanimation de GRASSE.

 Cette réponse faite par un crâne d'oeuf d'un Gouvernement dit "de Gauche"(caviar) est lamentable!!!!
Seul l'aspect financier  prime sur la vie des gens.....

Si on veut réaliser des économies,déjà mettre fin au cumul des Mandats à rallonges ,supprimer la moitié des Ministères,des Députés et des Sénateurs.

Comme disait je "ne sais plus qui": il faut leur pardonner,ils ne savent pas ce qu'ils font!!!!!!
Michel SILVY,Retraité ONF.Membre du PCF.


 

 

Re: Le service de réanimation de GRASSE.

@ Michel
Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font
(Luc 23:34) prononcée immédiatement après son crucifiement entre deux malfaiteurs. Jésus demande ce pardon pour ceux qui ont participé à sa condamnation et exécution...

Les grassois ont voté pour les deux "malfaiteurs"  Viaud et Degioanni et ont ainsi participé à la" condamnation" de la liste conduite par Paul. Sans doute, ne savaient-ils  pas ce qu'ils faisaient, alors  pardonnons-leur (ou pas...)

 

 

ben voyons

Nous pourrions tout autant avancer que le projet de prolongement de la pénétrante ayant été décidé (et prions pour que ça ne se fasse pas) va engendrer une augmentation de la démographie dans l'arrière pays grassois. Et donc les petites routes de la provence grassoise ne permettent pas de garantir la sécurité des personnes jusque Cannes....un truc comme ça...autant que le projet du prolongement serve à quelquechose..au moins un argumentaire..

 

 

Des énarques qui ne sont pas sur le terrain

Vraiment à Paris ils ne savent pas ce qu'ils font et je ne leur pardonne pas!
Ma fille travaille au service de REA, de nuit, et elle peut vous dire que ce service ne chôme pas: les lits sont complets et il est arrivé qu'ils aient été obligés de les transférer dans d'autres services, le service des urgences étant lui aussi plein.
Savent-ils que l'arrière pays grassois est envoyé à Grasse? et que la circulation sur Cannes est impossible à certaines heures de la journée? A moins d'utiliser un Hélico, qui revient beaucoup plus cher, je pense que beaucoup de malades ne s'en sortiraient pas...L'argent vaut-il plus que la vie?

 

 

" L'iINCOHERENCE "

L'INCOHERENCE COMPLETE ! UN BASSIN GRASSOIS DENSE ! EPARPILLE ! en cours de développement, REANIMATION INDISPENSABLE !
DESCENDRE A CANNES! la circulattion !!

NOUS AVONS UN HOPITAL, avec des PROFESSIONNELS DE SANTE , COMPETENTS, sympathiques, DES CHIRURGIENS, SERVICE MATERNITE.....PEDIATRIE,
DONC AVEC :

- DONC LA NECESSITE INDISPENSABLE DE CONSERVER NOTRE REANIMATION A GRASSE ! OUI A GRASSE.!

Nous ferons tout , pour la conserver , OUI tout ! TOUT ! SACHEZ LE.

VOUS PENSEZ AUX VIES EN DANGER, de tout age !!!!
La médecine, fait des progrès, etVOUS VOULEZ  ENLVER , un service ESSENTIEL DE REANIMATION !

L HOPITAL DE GRASSE, est un HOPITAL MODELE !

ALORS.NOTRE REANIMATION A GRASSE !

MERCI POUR TOUTES LES VIES SAUVEES !






 

 

A la fin de la lettre ils promettent dans un langage creux, de garantir des solutions de "qualité et de sécurité optimales" !

En démontant le service, je suis à peu près certain que tout cela ne se fera pas Au-petit-mal, mais au contraire avec de grands-maux... Mes ces messieurs dames continueront d'user de leurs grands-mots feutrés, mettant en équivalence les vies à sauver, avec un mensonge pseudo-gestionnaire.

Quand le fragile équilibre d'une vie passe aprés le fragile équilibre financier, en détournant une soit disant science, dont on ferait utilement l'économie, en ne l'utilisant pas de la sorte.

Fraternellement,

 

 

Rentabilité & Mépris

Cette réponse ministérielle mérite une mention spéciale sur la forme au-delà même de son contenu :

"Le SROS prévoit de regrouper les activités des CH de Grasse et de Cannes sur un site unique qui reste à déterminer". Ah, Cannes peut se voir délocalisée à Grasse ? Ce serait une première !

"L'activité de réanimation peut conduire à un déséquilibre financier préjudiciable au développement de la structure".
Donc, on réduit l'activité (au mépris des vies) et en même temps on développe la structure. Comprenne qui pourra, mais pas moi. D'ailleurs, en étant (légèrement) cynique, ne pas réanimer quelqu'un, c'est tout bénéfice : pas de traitement, pas de séjour à l'hôpital, on peut réduire le personnel .... donc des économies et de la rentabilité !

Ce que nous en retenons tous, c'est que s'il y des pertes de vies ou humaines, ou pire, des handicaps générés par ce "regroupement", ce qu'un léger dommage collatéral négilgeable face à la rentabilité...

Puisque le principe de "rentabilité" est érigé en dogme, il devrait donc être appliqué partout : quelle est la rentabilité de nos élus, ministres, députés, sénateurs et autres... ?   Un regroupement s'impose, une diminution des "avantages"... Mais c'est une autre histoire.