S'identifier - Contact
 

ARCHIVES


 Référendum de Mouans-Sartoux sur la très grande intercommunalité de Cannes à Collongues: une leçon de citoyenneté exemplaire

Note : 3.3/5 (44 notes)

 



(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

On sait la volonté du gouvernement actuel de faire entrer de force les communes françaises dans des mastodontes intercommunaux dont les principales conséquences seraient l'éloignement des centres de décisions des citoyens, la liquidation des services publics de proximité (qui seraient délégués à des multinationales), la privatisation de services municipaux et l'abandon des territoires "non rentables".

 

Lors du conseil municipal du 9 juillet 2011, le groupe Grasse à Tous a exprimé son opposition au projet incohérent (et ingérable) du préfet des A.M. qui depuis a été rejeté par une majorité de communes et a donc voté contre sa proposition au grand dam de M. Leleux.
Le maire de Grasse, tout en expliquant l'incohérence de ce projet d'intercommunalité à 29, l'a finalement voté, le doigt sur la couture du pantalon.

Les élections sénatoriales ont vu pour la 1ère fois de l'Histoire le basculement du Sénat à gauche.
Dans le mécontentement exprimé par les Grands Electeurs entrait aussi pour une large part la colère des élus municipaux du pays contre une réforme territoriale imposée par l'Elysée et Matignon sans tenir compte de leur avis.
Renvoyé dans l'opposition sénatoriale, entre autre par ce rejet de la réforme territoriale, M. Leleux aurait dû en tirer quelques leçons.
Au contraire, aveugle et sourd, il poursuit son chemin solitaire en faveur d'un bouleversement des collectivités territoriales dont personne ne veut plus.
Pire, quand un collectif citoyen organise à Mouans-Sartoux, dans une commune de l'agglomération Pôle Azur Provence qu'il préside, un référendum pour consulter les citoyens, M. Leleux attaque dans la presse locale son maire, M. André Aschieri, qui est également fondateur de Pôle Azur Provence et en a été pendant des années vice président.
En se comportant ainsi, M. Leleux ruine l'image de Grasse et les possibilités de coopération intercommunale qu'il ne cesse de mettre à mal par une gestion autocratique et catastrophique.

On trouvera ci-dessous le communiqué de Paul Euzière suite aux propos de M. Leleux sur le référendum mouansois dans Nice Matin du mercredi 23 novembre 2011.
 

" André Aschieri et les élus de Mouans-Sartoux ont décidé de consulter les citoyens sur l’avenir qu’ils souhaitent en matière d’intercommunalité.
C’est tout à leur honneur : une commune n’appartient pas à ses élus mais à ses habitants qui doivent pouvoir s’exprimer sur les choix majeurs.
45,77% des électeurs ont voté (8 points de plus que la participation aux élections cantonales de 2011 à Grasse !).
97% des Mouansois ont dit non à une intercommunalité forcée où non seulement leur commune mais aussi Grasse, le Pays Grassois et le Haut Pays seraient phagocytés par les communes de l’aire cannoise dont les élus se retrouveraient majoritaires.

Au lieu de saluer cette mobilisation citoyenne exemplaire et de respecter le choix exprimé de façon écrasante par nos concitoyens de Mouans-Sartoux, M. Leleux, sénateur maire de Grasse, s’en prend violemment à la sincérité du scrutin et à André Aschieri.

Cette attitude insultante pour la démocratie et ce mépris à l’égard de populations et d’élus qui ne partagent pas son opinion n’auront surpris personne à Grasse.

Avec ce comportement, M. Leleux, qui a déjà isolé Grasse des communes voisines à propos de la concession du canal du Foulon, isole encore un peu plus notre ville au sein de la Communauté d’Agglomération Pôle Azur Provence dont il est le président et qui n’a pu être créée en 2001 que grâce au soutien loyal d’André Aschieri et de Mouans-Sartoux.
"


Commentaires

Les réflexions de JP Leleux rapportées dans Nice Matin du mercredi 23 novembre 2011 sont humainement pitoyables ; plus grave encore, elles sont intellectuellement médiocres. Tristesse...
Paul Monmaur

 

 

Le maire de Crasse s'isole tout simplement